Sommaire :

8.1. Au niveau du sol : 156 W/m2
   8.1.1. Généralités
   8.1.2. Rayonnement direct à partir du sol : la « fenêtre atmosphérique »
   8.1.3. Transferts de chaleur par évaporation/pluie
   8.1.4. Transferts de chaleur par Convection
   8.1.5. Bilan global au sol
8.2. En haut de l’atmosphère : 240 W/m2
   8.2.1. Altitudes de libération
   8.2.2. Traduction en réchauffement/refroidissement
   8.2.3. Quantification : le spectre OLR (Outside Longwave Radiation)

Cet article a 8 commentaires

  1. Y.Courtieu

    Bonjour,Ce commentaire concerne le paragraphe 8-2 p.44 intitulé : Explication séquentielle du mécanisme de régulation à la surface du sol.Le texte attribue le réchauffement d’une terre glacée entourée d’une atmosphère sans eau uniquement au « déséquilibre radiatif » dû à la présence du CO2. Est-ce si simple ?Ma question est la suivante : que se passerait-il, à votre avis, avec une terre glacée entourée d’une atmosphère sans eau et sans CO2 non plus ?

    1. Jacques-Marie Moranne

      A mon sens, l’atmosphère n’aurait plus aucun rôle « radiatif » ; la Terre se retrouverait dans une situation ressemblant à celle de la Lune, mais avec un albédo plus fort (qui abaisserait encore la température) mais aussi une rotation plus rapide donc une inertie thermique plus forte (qui augmenterait la température moyenne).

  2. Y.Courtieu

    Bonjour,Vous ne tenez pas compte des capacités d’absorption de chaleur par l’océan ?IL n’y a pas d’océan sur la Lune .

    1. Jacques-Marie Moranne

      Les océans seraient tous gelés, donc ne fourniraient aucune inertie thermique (ou, du moins, pas plus que la surface terrestre ou lunaire)
      Mais j’admets que l’inertie thermique augmenterait la température moyenne pour une même énergie radiative reçue.

  3. Y.Courtieu

    Cette réponse me semble très très étonnante.Sur la lune, il fait 120 °C au zénith côté éclairé.Vous croyez sérieusement que les océans soumis à un tel chauffage seraient gelés ?Il faudra m’expliquer…

    1. Jacques-Marie Moranne

      Au zénith, la glace va fondre localement, bien sûr mais, à mon avis, l’inertie restera faible, et l’eau re-gèlera dès que le soleil s’inclinera sur l’horizon.
      Par ailleurs, si la glace fond, on aura nécessairement de la vapeur d’eau … et donc un déséquilibre radiatif : je pense que ce n’était pas votre hypothèse.
      Le CO2 ne fait qu’accentuer le déséquilibre radiatif essentiellement dû à la vapeur d’eau.
      Mais je pense que votre question est : est-ce que sans CO2 on a un déséquilibre suffisant pour faire fondre les océans de façon significative ?

  4. Y.Courtieu

    Autre problème :
    Et comment sans eau ni CO2 l’atmosphère ferait-elle pour refroidir ?

    1. Jacques-Marie Moranne

      C’est ma première réponse : la basse atmosphère serait froide, à la température du sol, et :
      – sans ozone, on aurait un gradient thermique gravitationnel de l’ordre de 9,8 °C/km
      – avec ozone, on aurait sans doute un gradient thermique inversé (comme dans la stratosphère)
      Mais tout cela mériterait sans doute quelques vérifications ; mais ce n’est pas simple.

Laisser un commentaire

The maximum upload file size: 512 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here